Ô belles récoltes.

Comme je le disais dans l’article précédent, l’orage a sur moi un effet électrisant, si je puis dire, huhu.
Profitant de ce regain de motivation, je suis donc allé récolter les plantes qui me serviront dans ma pratique. J’en ai profité pour faire un crochet par chez ma grand-mère, et j’ai pu remarquer que son jardin était plein de molène, plante qui m’intrigue depuis un moment. Je lui ai donc demandé de me garder quelques hampes, histoire faire quelques expériences tambouillesques. Et je suis revenu de cette escapade les bras chargé d’armoise, de têtes de pavot et d’achillée, et la tête pleine de recettes d’encens qui je vais m’empresser de tester !
Les belles ont été mises à sécher en bundles à peine arrivées, et les têtes de pavot ont été vidées de leurs graines et suspendues au-dessus de mon lit, de beaux rêves en perspective…

ImageJe pense que l’armoise me servira grandement pour mon travail onirique, ainsi que pour la divination, elle finira très probablement dans un encens, ou en fumigation simple (j’adore son odeur *v*). C’est une plante que j’affectionne particulièrement, so witchy :o)

Image
Quant à l’achillée, je ne la connais pas vraiment, mais je pense en faire des encens (encore et toujours) et peut-être une poudre pour accélérer la cicatrisation des plaies (et Dieu sait que la vie d’un sorciéron des cambrousse est propice à toutes sortes d’égratignures).

Le temps des récoles approche, les orages grondent, je vis !

Publicités

Parlons orage.

Le ciel tonne, des éclairs crèvent les nuages violacés, la pluie s’abat sur le sol en une averse torrentielle, le petrichor s’élève, embaumant l’air chargé d’électricité. L’orage est là.

J’ai toujours aimé la foudre. Cette libération après des jours de chaleur étouffant. L’orage fait bouger les choses, sort les êtres de leur torpeur et recharge la terre, l’abreuve d’une tiède pluie salvatrice.
Généralement je sors d’abord sous la pluie, une bonne partie de la journée, profiter un peu de toutes ces énergies qui remplissent l’air et le font vibrer comme jamais. On me voit souvent tout seul sous la pluie, trempé, un sourire aux lèvres. Puis une fois le soir arrivé et après m’être séché, je m’enferme dans ma chambre, avec un thé, de la musique, des bougies et de l’encens, la fenêtre ouverte pour humer l’odeur de pluie. Et je savoure les craquement des cieux, dans une pénombre confortable. Disons que j’honore le ciel à ma façon. Le lendemain, je vais récolter des plantes, gorgées de l’énergie des éclairs, ou bien faire un tour sur la plage, pour chercher les choses que la mer a rejeté sur le rivage. Plumes, galets, morceaux de bois, os, coquillages, je cours partout. Enfin, je rentre chez moi, je mets mes nouveaux trésors à sécher et je profite du regain de créativité octroyé par l’orage pour dessiner, bricoler des grigris, lire…

Allez-donc profiter des bonnes énergies des cieux en colère ! Danser sous la pluie, virevolter entre les éclairs, marcher sur une terre électrifiée !
Tout en essayant de ne pas se faire foudroyer, cela va sans dire ;)

Tempête by ~laflaneuse on DeviantArt

Tempête
by ~laflaneuse on DeviantArt