Aventures dans la déconstruction ?

Woot woot le comeback de la sorcière la plus paresseuse du monde.

Cet article va être un ramassis probablement assez fouillis des différentes réflexions qui ont modifié mon approche de la sorcellerie de manière assez profonde. J’ai envie d’écrire ça de manière assez légère mais on verra bien. <3

Les dernières années ont été un arrêt quasi total de ma pratique. L’environnement dans lequel j’étais qui n’y était pas propice m’a permis de prendre du recul, de cogiter sur ce que cela signifiait pour moi. Ca a été un processus assez lent, nourri par les réflexions féministes, queers et par une exploration de genre et de sexualité. J’ai gardé près de moi les plantes, les rêves et les petits rituels, mais j’ai petit à petit envoyé valsé une grande partie des règles sur lesquels la base de ma pratique s’était crée. Les règles très binaires qui sont présentes partout, et qui s’appliquent merveilleusement bien à chaque petit élément de la sorcellerie. Blanc, lumière, masculin, athamé, chaud, feu, air contre noir, sombre, féminin, coupe, froid, eau, terre et toutes les correspondances qu’on peut y rajouter. Au fur et à mesure, je me suis rendu compte que ces règles ne correspondaient ni à la manière dont je percevais le monde, ni à celle dont je me percevais moi même.

C’est une vision très queer qui s’est installée petit à petit, remettant en question tout ce que j’avais sagement mémorisé toutes ces années durant. Parce que mine de rien, le monde de l’ésotérisme est quand même attaché à sa binarité (coucou la Wicca). Cela tend à mettre à l’écart toute une frange queer, qui ne s’identifierait pas à ce fonctionnement. Les symboles phalliques ne sont pas l’apanage des hommes, certaines femmes ont des pénis et vice versa, le symbolisme classique est pour moi devenu assez obsolète. D’où l’appellation de sorcière que j’ai adopté, même en étant un homme (plutôt) cis, et puis c’est plus chargé que sorcier, voilà.

Le problème étant que ces règles sont rassurantes, tellement qu’on y est conditionnés à force de se les répéter, et une fois ce garde-fou tombé, l’appel sorcier s’est fait plus ténu. J’ai toujours du mal à me repérer. Il s’agit de reconstruire petit à petit tout une mythologie, un système de symboles et de rituels, qui me paraissaient acquis et que, ben en fait non, plus trop.J’essaye donc de trouver ça à travers des approches moins conventionnelles, des travaux d’artistes, des discussions et pas mal de travail sur mes rêves. J’aimerais quand même pouvoir reprendre des bouquins avec ce nouvel oeil, et je pense que je m’y attellerai quand mon budget d’étudiant me le permettra héhé (si vous avez des suggestions je suis tout ouïe).

Donc voilà l’état actuel des choses, un joyeux fatras queer et sorcier que j’essaye de mettre en ordre petit à petit.

Des bisous <3

 

 

Publicités

Bitches i’m back.

Bonjour !

Je ne suis pas mort.
La fin de l’été est toujours synonyme d’un retour vers la sorcellerie pour moi. Et cette année l’approche de l’automne annonce un changement vers un environnement qui me semble plus propice à m’épanouir. Je compte donc tenter de relancer ce blog en même temps qu’un semblant de pratique, peut être déterrer de vieux brouillons, faire le point sur ce qui s’est passé en hum hum trois ans, probablement faire du ménage pour laisser la place au neuf. Ce ne sera probablement rien de très formel, peut être passager.

Des bisous.

Les Esprits du Foyer

Aujourd’hui on va parler de magie du foyer, et plus précisément, des esprits rattachés à la maison !

Parce que mine de rien on a beau être des sales païens qui passent leur temps à gazouiller dans les bois, on a quand même un foyer à nous. Et ce foyer est habité par une myriade d’esprits domestiques différents selon les cultures et les pays, domovoï dans les pays Slaves, brownies en Écosses, ou encore lares en Rome Antique. Mais cependant, tous ces esprits sont des « colocataires » en quelque sortes, et je me pencherais plutôt sur l’Esprit du foyer en lui même. L’esprit rattaché à la maison, le gardien des lieux (c’est un peu le concierge somme toute).
Alors plutôt que de faire un long pavé indigeste sur le sujet, on va prendre un exemple simple, notre ami Calcifer !

Pour ceux qui n’auraient pas vu le Château Ambulant, (filez le voir il en vaut la peine !) Calcifer est le feu qui brûle dans l’âtre du château, comme la majorité des esprits du foyer (le domovoï vit derrière le four), car l’âtre était le point de ralliement de la famille; aujourd’hui les esprits auraient plutôt tendance à se cacher dans la cuisine,ou dans la chaufferie, car c’est une partie chaude sombre et assez reculée de la maison, tout dépend de la personnalité de l’esprit !
On pourra donc lui dresser un autel, ou poser un objet représentatif pour l’esprit, dans la pièce qu’il fréquente, pour créer une base matérielle qui pourra aider à la communication.

Depuis cette place centrale, Calcifer décide donc de qui rentre et de qui sort, protège les habitants des dangers extérieurs. Car l’esprit du foyer s’occupe aussi de garder les mauvaises influences à la porte, il botte les fesses des indésirables qui voudraient s’incruster et laisse rentrer les bonnes énergies. Il convient donc de le prévenir des invités, qu’ils soient humains ou non, à l’avance, histoire qu’il sache à qui il a affaire, que vos invités ne se retrouvent pas avec un esprit domestique sur le dos.

tumblr_n1by29w9mk1tp2iwio1_500

Enfin, notre feu démoniaque anime la baraque, gère l’eau chaude et fait tenir le château debout. Traditionnellement les esprits du foyer gardent les plantes en bonne santé, protègent et rendent heureux les enfants et les animaux, en plus de prévenir tous les petits problèmes qui pourraient survenir comme, les problèmes d’humidité, ou la nourriture qui passerait trop vite.
Mais en contrepartie, notre ami Calcifer doit être alimenté régulièrement et on doit lui témoigner du respect. Respecter votre habitation passe par une présentation des nouveaux arrivants lorsque vous emménagez dans un nouveau foyer, un nettoyage régulier, physique et énergétique des lieux, ainsi que des offrandes régulières.
Parce que les offrandes c’est la base de tout ! Il y a toujours un cadeau à donner aux esprits, et ça aide grandement les relations. Vous pouvez laisser un peu de votre repas devant la statuette, sur l’âtre, sur la table, sur l’autel, ou même convier directement l’esprit à manger avec vous. Servez lui un verre lors d’occasions spéciales, allumez un encens… les possibilités sont infinies !

Encens du foyer de Scott Cunningham  : 
– 2 parts de Sang de Dragon
– 2 parts de Myrrhe 
– 1 part de Genévrier
– 1/2 part de Sassafras
– 1/2 part de fleur d’Oranger
– 1/2 part de pétales de Rose

à brûler pour un foyer aimant, chaleureux et protégé,
cet encens peut très bien convenir comme offrande à l’esprit du foyer. 

Cela-dit, une maison a rarement une personnalité hautaine, ce sont généralement des esprits très familiers et bavards, les relations sont rarement conflictuelles et même souvent conviviales. Il n’y a pas besoin d’avoir pour votre maison la révérence que vous auriez pour un dieu ou un esprit inconnu, votre maison est plus un très bon ami qu’autre chose, si tant est qu’on prenne la peine de la connaître, partagez une tasse de thé avec elle, un biscuit, est discutez !

Mais malgré tout, gare à vous si vous ne respectez pas votre esprit : les problèmes s’accumuleront dans votre maison, il pourra venir vous pincer pendant la nuit pour que vous effectuiez les tâches que vous n’avez pas fait durant la journée, ou vous empêcher de dormir en faisant grincer la charpente et un climat déplaisant s’installera au sein de votre foyer et il rendra votre cuisine détestable !

tumblr_n1by29w9mk1tp2iwio2_500

Vous avez donc tout à gagner à bien vous entendre avec l’esprit de votre foyer, il vous le rendra bien ! :D

 

Et en bonus ! Quelques petits charmes du foyer ! (source)

♦ Une pointe de flèche sur les fenêtres ou les portes garde les voleurs au loin.
♦ Trois cercles de craie blanche sur l’âtre protègent le foyer, car la cheminée étant une voie de passage magique importante, elle se doit d’être protégée.
♦ Un bol de lait placé près de l’âtre ou de la porte principale ravira les ancêtres et les esprits qui passeraient par là.
♦ Claquez les portes pour chasser les mauvais esprits !
♦ Parsemez du sel sur les bordures de fenêtres pour éviter toute malchance.
♦ Placez un plant de genévrier en pot devant votre porte pour décourager les voleurs.
♦ Un grillon dans la maison apporte le bonheur.
♦ Lancez du sel derrière un invité indésirable pour écourter sa visite.
♦ Lancer des herbes protectrices dans les flammes protégera la maisonnée.

Ô belles récoltes.

Comme je le disais dans l’article précédent, l’orage a sur moi un effet électrisant, si je puis dire, huhu.
Profitant de ce regain de motivation, je suis donc allé récolter les plantes qui me serviront dans ma pratique. J’en ai profité pour faire un crochet par chez ma grand-mère, et j’ai pu remarquer que son jardin était plein de molène, plante qui m’intrigue depuis un moment. Je lui ai donc demandé de me garder quelques hampes, histoire faire quelques expériences tambouillesques. Et je suis revenu de cette escapade les bras chargé d’armoise, de têtes de pavot et d’achillée, et la tête pleine de recettes d’encens qui je vais m’empresser de tester !
Les belles ont été mises à sécher en bundles à peine arrivées, et les têtes de pavot ont été vidées de leurs graines et suspendues au-dessus de mon lit, de beaux rêves en perspective…

ImageJe pense que l’armoise me servira grandement pour mon travail onirique, ainsi que pour la divination, elle finira très probablement dans un encens, ou en fumigation simple (j’adore son odeur *v*). C’est une plante que j’affectionne particulièrement, so witchy :o)

Image
Quant à l’achillée, je ne la connais pas vraiment, mais je pense en faire des encens (encore et toujours) et peut-être une poudre pour accélérer la cicatrisation des plaies (et Dieu sait que la vie d’un sorciéron des cambrousse est propice à toutes sortes d’égratignures).

Le temps des récoles approche, les orages grondent, je vis !

Parlons orage.

Le ciel tonne, des éclairs crèvent les nuages violacés, la pluie s’abat sur le sol en une averse torrentielle, le petrichor s’élève, embaumant l’air chargé d’électricité. L’orage est là.

J’ai toujours aimé la foudre. Cette libération après des jours de chaleur étouffant. L’orage fait bouger les choses, sort les êtres de leur torpeur et recharge la terre, l’abreuve d’une tiède pluie salvatrice.
Généralement je sors d’abord sous la pluie, une bonne partie de la journée, profiter un peu de toutes ces énergies qui remplissent l’air et le font vibrer comme jamais. On me voit souvent tout seul sous la pluie, trempé, un sourire aux lèvres. Puis une fois le soir arrivé et après m’être séché, je m’enferme dans ma chambre, avec un thé, de la musique, des bougies et de l’encens, la fenêtre ouverte pour humer l’odeur de pluie. Et je savoure les craquement des cieux, dans une pénombre confortable. Disons que j’honore le ciel à ma façon. Le lendemain, je vais récolter des plantes, gorgées de l’énergie des éclairs, ou bien faire un tour sur la plage, pour chercher les choses que la mer a rejeté sur le rivage. Plumes, galets, morceaux de bois, os, coquillages, je cours partout. Enfin, je rentre chez moi, je mets mes nouveaux trésors à sécher et je profite du regain de créativité octroyé par l’orage pour dessiner, bricoler des grigris, lire…

Allez-donc profiter des bonnes énergies des cieux en colère ! Danser sous la pluie, virevolter entre les éclairs, marcher sur une terre électrifiée !
Tout en essayant de ne pas se faire foudroyer, cela va sans dire ;)

Tempête by ~laflaneuse on DeviantArt

Tempête
by ~laflaneuse on DeviantArt